Les orthoplasties sont des prothèses d'orteils en élastomère de silicone qui peut être renforcé par une trame, permettant ainsi de consolider l'appareillage et pouvoir le rendre moins épais afin de garder la place dans le chaussant.

L'orthoplastie est amovible et réalisée sur mesure par moulage directement sur le pied du patient.

Elle peut être correctrice ou protectrice , voire les deux à la fois.

 

La dureté est définie et adaptée selon la pathologie, l'effet désiré et le patient (patient à risque diabète...). L'appareillage reste souple malgré tout.

Orthoplastie de correction supraductus
Orthoplastie de correction pour un supraductus du 2ème orteil

L'orthoplastie de correction 

 

Elle permet de modifier la position d'un ou plusieurs orteils, ou la position d'une articulation. Par exemple correction d'hallux valgus, de quintus varus, d'infra ou de supraductus d'un orteil (chevauchement d'orteil vers le bas ou le haut).

 

Elle n'est possible que dans le cas ou la déviation est réductible ou semi-réductible (mobile).

 

 

 

Orthoplastice de protection type cavalier pour protection de cor dorsal sur griffe d'orteil
Orthoplastice de protection type cavalier pour protection de cor dorsal sur griffe d'orteil

L'orthoplastie de protection

 

Elle permet de soulager des cors douloureux récidivants (dorsaux, pulpaires, oeils de perdrix), des douleurs de frottement à la marche (cors, exostose sur hallux valgus ou quintus varus, griffes d'orteils...) ou en protection d'une cicatrice.

  

Des butées peuvent être ajoutées afin de mieux répartir les pressions et mieux protéger les zones de contraintes.

 Les orthoplasties peuvent être correctrices et donc protectrices en même temps.

Comme dans les exemples ci-contre:

  1. correction d'hallux valgus et protection de l'exostose et d'un oeil de perdrix entre le 1er et le 2ème orteil.
  2. correction des griffes d'orteils et protection des cors pulpaires qui en résultent.

Les orthoplasties pédiatriques 

 

Elles sont essentiellement correctrices pour des déformations d'orteils congénitales, dues à une malposition in-utéro ou à une hérédité :

  • infra et supraductus
  • adduction et adduction + rotation souvent du 4ème et/ou 5ème orteil.
  • griffes congénitales
  • crosse d'orteil : déviation d'une phalange dans le plan transversal

La dureté shore de ces prothèses digitales est en général plus élevée pour bien maintenir en place la correction. Ces orthoplasties sont également assez volumineuses mais ne gène pas l'enfant puisqu'elles sont portées la nuit avec une chaussette. Ceci évite aussi l'ingestion de l'appareillage.

 


Les contre-indications 

 

La mise en place de l'orthoplastie n'est possible que si le patient peut atteindre ses pieds ou si une personne de l'entourage peut lui mettre.

L'orthoplastie ne sera pas portée en cas de plaie, oedème, inflammation, problèmes dermatologiques tels que mycose, eczema, allergie...

Attention aux personnes diabétique ou artéritique. La dureté shore est alors adaptée et se rapproche du shore de la peau.

Entretenir son orthoplastie 

 

 

Les premiers jours du talc peut être mis à l'intérieur afin de faciliter la mise en place.

Attention de ne pas utiliser les ongles mais le bout des doigts.

 

Après l'avoir portée toute la journée, la laver avec de l'eau savonneuse et la sécher avant de la ranger dans sa boite.

Profiter de cet entretien pour l'inspecter et rechercher des traces de fissure, déchirure ou usure anormale. 

Il est possible de réparer l'orthoplastie si la déchirure n'est pas trop importante. N'hésitez pas à reprendre rdv auprès de votre podologue.

 

La durée de vie de l'orthoplastie varie en fonction de l'utilisation ; elle est d'environ un à deux ans.